Robert Doisneau (14 avril 1912 - 1er avril 1994) était un photographe français, parmi les plus populaires d'après-guerre, qui fut, au côté de Willy Ronis et d'Édouard Boubat l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

 
Robert Doisneau est né le 14 avril 1912, à Gentilly, dans une famille bourgeoise. Il étudie les Arts graphiques à l'école Estienne et obtient son diplôme de graveur et de lithographe en 1929. Un an plus tard, il réussit à intégrer l'Atelier Ullmann en tant que photographe publicitaire. En 1931, Robert Doisneau devient l'opérateur d'André Vigneau où il découvrira la Nouvelle Objectivité photographique. C'est en 1932, qu'il vend son premier reportage photographique, qui sera diffusé dans l'Excelsior. En 1934, Renault de Boulogne-Billancourt, l'embauche comme photographe industriel, Robert Doisneau, étant trop souvent absent se fait renvoyer cinq ans plus tard, en 1939. Désormais sans emploi, il tente de devenir photographe illustrateur indépendant.


Robert Doisneau rencontre, pendant la Seconde Guerre mondiale Charles Rado, le fondateur de l'agence Rapho. C'est ainsi que Doisneau devient photographe indépendant, en intégrant, en 1946, l'agence de photographie Rapho, qu'il ne quittera plus. Il se mit alors à produire et réaliser de nombreux reportages photographiques sur des sujets très divers : l'actualité parisienne, le Paris populaire, des sujets sur la province ou l'étranger (URSS, États-Unis, Yougoslavie,...). Certains de ses reportages paraîtront dans des magazines comme Life, Paris Match, Réalités, Point de Vue, Regards, etc.


En 1947, il rencontre Robert Giraud, chez l'antiquaire Romi, c'est alors le début d'une longue amitié et d'une fructueuse collaboration. Doisneau publiera une trentaine d'albums dont La Banlieue de Paris, avec des textes de Blaise Cendrars, en 1949. Il travaillera un temps pour Vogue, de 1949 à 1952.


Son travail de photographe sera récompensé à diverses reprises : le Prix Kodak en 1947, le Prix Niepce en 1956. En 1960, Doisneau monte une exposition au Musée d'art contemporain de Chicago. Il recevra encore quelque prix pour son travail, le Grand Prix National de la Photographie en 1983 et le Prix Balzac en 1986. En 1992, Doisneau fait une rétrospective au Musée d'art moderne d'Oxford. Ce sera sa dernière exposition, puisqu'il décède à Montrouge en Avril 1994. Doisneau est enterré à Raizeux, aux côtés de sa femme.

 


 

Retour à l'accueil