Voici une pépite des années 90, 1993 pour être pluis prècis. Autant sur le plan musical que sur les paroles, cette chansons du groupe "mad in Paris" reflète bien l'ambiance de cette période. Place à la musique, place à la pure nostalgie. Mais si souvenez vous de ce morceau... Il était sur ma compile M6Dance pour 69 francs chez tous les marchands de journeaux.

 

 

 



 

 

Paroles:

 

Relax Max, et cool Abdul

Paris a le blues et les gens ont les boules

Le manque de flouze et de temps les saoule

Maintenant coulent quelques minutes sur ce style funky soul

Tranquille je me baladais dans la ville capitale

De Barbes aux Abesses, des Champs-Elyzées aux Halles

Y'a des clodos sur les trottoirs et des saoulards dans les bistrots

Des surveillants dans le métro qui jouent les Rambos

J'ai toujours un oeil dans mon dos car je fais gaffe aux fafs

Je fais surtout attention aux keufs car ils font mal leur taff

Y'en a qui méritent des baffes tout comme mon estomac mérite

A chaque fois qu'il s'excite, vite un merguez-frites

Tel est Paris on censure mon bide on boycotte les bonnes musiques

La culture coule comme le Titanic

Dans les merdes de chien l'amour propre est atteint

Et ce sera toujours le même refrain

 

Paris a le blues

 

La fête se poursuit chaque nuit pour échapper à l'ennui

Tout le monde fuit le malaise du jour qui nuit

Les contrôles de keufs, les embrouilles de seuf

Un remède cool faire la teuf

La foule déboule et se défoule dans les clubs

Tout le monde roule des oinjes et se saoule dans les pubs

trippen sur la house, le rap, le raggadub

Les mecs chassent la chnek les meufs cherchent la teub

92 c'était la grande partouze

93 c'était la garnde baise

Tout le monde veut niquer tout le monde

Des relations fécondes naissent à chaque seconde

Est-ce que tu piges? Les années 90 c'est le grand vertige

Fin de siècle oblige fin de millénaire exige

Nous en sommes la génération et bientôt plus qu'un vestige

Le monde est en litige la France se fige

Et Paris a le blues

 

Paris a le blues

 

Paris a le blues

Contrôlé par des zombies des snobs zermatoïdes nous ont envahis

Paris a le blues

Ses vieux murs sont abbattus, plein de gens dorment dans les rues

Et les faux-Q dans le surplus

Il y a des centaines d'abris pour les sans-abris

On se demande ce que fait la mairie de Paris

Ah oui des commissariats il y a aujourd'hui

De plus en plus de SDF et de plus en plus de képis

 

 

15 novembre 1997 : Mort de Jean-Marie PROSLIER

La musique des années 90 c'est ça !

Retour à l'accueil